Pourquoi la généalogie ?

La généalogie (du grec γενεά genea, « génération » et λόγος logos, « connaissance ») est la « liste des membres d’une famille établissant une filiation » ou la pratique qui a pour objet la recherche de la parenté et de la filiation des personnes. La généalogie est considérée comme une science auxiliaire de l’histoire.

Quête de sens, besoin de transmettre, opportunité de rencontres, la généalogie répond à notre besoin d’identité dans un monde qui va toujours plus vite.

Les motivations tiennent à la réalisation d’un « devoir de mémoire » et à la transmission de l’histoire familiale aux plus jeunes générations, le sociologue Serge Guérin évoque quant à lui un besoin d’ancrage dans ses racines : « dans une période où les repères deviennent plus flous, où l’on perd du sens, revenir sur son arbre généalogique est une façon de retrouver de la fixité »

Les recherches généalogiques sont sources d’informations inédites, elles ne se contentent pas de consulter les registres d’état-civil ou paroissiaux. Nos archives françaises sont particulièrement bien documentées pour y faire des découvertes parfois surprenantes !

Partant de motivations variées, la généalogie d’un individu peut être réalisée par un généalogiste professionnel ou à titre personnel pour identifier des ancêtres sur plusieurs générations. Ce travail de recherche permet d’établir l’histoire d’une famille en se basant sur divers types d’archives mais aussi des entretiens oraux.

Classiquement la généalogie est une activité pratiquée comme un loisir par une personne pour connaître ses ancêtres, savoir d’où ils venaient mais aussi connaître leur contexte de vie tel que leur métier, qui a pu changer plusieurs fois au cours de la vie, ou leur carrière militaire. Cela suppose de se baser sur des témoignages oraux des personnes âgées de la famille mais surtout sur des documents concrets qu’on qualifie de documents généalogiques. Par extension le généalogiste s’intéresse à l’histoire, l’héraldique, la géographie, la sociologie, le droit ou la topographie, qui a pu évoluer dans le temps, ou encore la religion. On parle parfois d’histoire familiale pour la biographie d’une même famille sur plusieurs générations enrichie de l’histoire complète de sa place dans la société, des drames, des réalisations ou des échecs et de l’acquisition ou la perte de biens et de titres.

Pour beaucoup de personnes, « faire sa généalogie » est encore réservée à une certaine aristocratie. Tout comme une particule ne prouve pas la noblesse, de même pour les armoiries, n’importe quelle personne aujourd’hui non noble peut généralement retrouver des éléments de sa généalogie ascendante à partir de quelques documents communs (par exemple, actes de naissance personnel et ceux des parents, grands-parents ; actes de mariages). De plus les archives françaises n’ont pas été détruites à la Révolution contrairement à ce qu’on peut croire.

La généalogie rassemble toutes les générations, et l’histoire familiale qui dort dans les archives n’attend qu’un chercheur pour renaître…